DEEP PURPLE - "Machine Head"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DEEP PURPLE - "Machine Head"

Message par Kebra le Dim 28 Sep - 15:58

par Deep Intruder

DEEP PURPLE :
« Machine Head ».



On prend les mêmes et on recommence, pas vrai ?…

Pas tout à fait. D’abord parce que deux ans séparent « In Rock » de celui-ci et que ce simple fait change la donne… Entre temps, le public du groupe s’est un peu forgé l’oreille et bon nombre d’entre nous se mettent à avoir des EXIGENCES avec Purple ! Les rapports devenaient même carrément passionnels !

Au bahut, il y avait les fans des Stones et ceux de Purple. Incompatibilité. Et parfois, ça se bastonnait sévèrement…

« Fireball », qui restera éternellement « l’album d’entre les DEUX » - peut-être injustement, d’ailleurs…-, avait laissé certains d’entre nous sur leur faim. Car enfin quoi ? Qu’est ce que c’était que ce groupe qui se permettait d’enregistrer des passages PLANANTS sur un disque, alors que nous attendions tous un « In Rock » n° 2 ?… Que les planeurs aillent retrouver Pink Floyd et que Purple nous remette la boîte crânienne à l’envers !

Et qui, à part les inconditionnels du groupe qui ont finalement compris que la musique n’était pas une entité unidimensionnelle, se souvient encore de « Anyone’s daughter », « The mule » ou « No one came » ?…

Par contre, avec celui-ci, pas de lézard ! Quasiment TOUS les titres sont des PUTAINS DE CLASSIQUES ! Avec en prime LE méga-truc, la razzia totale, le grand killdozer cosmique et tout le tremblement, ce « Smoke on the water » que même ma mère saurait jouer au bout de deux heures sur une guitare –peut-être pas, finalement, mais c’est l’idée…-.

Bref, un plan pareil, ça n’arrive qu’une fois dans une vie, et quand ça arrive, encore !…

« Highway star », « Lazy » et « Space truckin’ » se contentent certes des places d’honneur, mais définissent néanmoins de nouveaux standards dont le rock devra désormais tenir compte…

Plus en marge, « Never before », « Maybe I’m a Leo » et surtout « Pictures of home » (2e single de l’album, flop magistral avant la sortie de « Smoke… ») montrent un Purple moins connu, plus groovy, qui s’exprimera plus complètement dans cette optiques quelques années plus tard…

Du coup, avec cet album, Deep Purple se virent franchir un nouveau cap et gagnèrent un nouveau statut : celui de méga-stars internationales reconnues et adulées PARTOUT, ce qui, autant l’avouer au préalable, allait purement et simplement les faire voler en éclats un an plus tard, mais c’est une autre histoire…

Pour l’instant, nous tenions là un autre grand moment.

Passons rapidement sur l’Histoire de cet album, universellement relatée partout et à toutes époques confondues, en résumant de la manière suivante :

INCENDIE / RECHERCHE LOCAL DESESPEREMENT / SQUATTONS DANS L'HOTEL D’EN FACE / MAGNONS-NOUS : CA PELE !

… Car en gros, tel fut bien le topo… Résultat des courses : ils se sont tellement magnés qu’il n’existe pratiquement aucune bande alternative de cet album ! Tout ce qui a été enregistré est là ! C’est du brut de décoffrage, basculé en trois semaines et en seize pistes approximatives sur un mobile antédiluvien, et c’est bien ça qui fait mal…

Car le son, très éloigné des artifices métallurgiques d’ « In Rock », reste invraisemblable quand on connaît un tant soit peu les modalités d’enregistrement de la chose…

Ce n’est pas réellement « hard », les guitares sonnent même plutôt bluesy, parfois, mais pourtant, ça reste incroyablement heavy. On savait que Martin Birch avait du talent, mais là, sur le coup, il accédait au statut de « sorcier des studios » et deviendrait, dans les deux décennies suivantes, l’un des plus gros producteurs de groupes métal au monde, chacun cherchant à le voir opérer de nouveaux miracles…

Pour l’instant, c’est lui qui enregistre si bien ces parties d’orgue tellement « salies » rythmiquement qu’on dirait qu’il y a une 2e guitare dans le groupe…

C’est encore lui qui exile Ian Paice dans un fond de corridor parce qu’il trouve la réverbération naturelle excellente… Résultat : écoutez l’intro batterie de « Pictures of home » et retournez à votre solfège rythmique…

Trêve de plaisanterie : « Machine Head » est ce que les Anglais aiment appeler un « Grand breaking album ». Une grande Œuvre. Qui vous emmène ailleurs. Sur une autre planète. Comme dans « Space trucking », par exemple. Qui va permettre à Purple de tourner sans discontinuer pendant plus d'un an et demi et d’engranger des millions de dollars de gains.

Certains d’entre eux vont péter les plombs et seront contraints de se mettre au vert à la campagne pendant plusieurs années. Pas grave. Derrière, d’autre attendent les places… On y reviendra.

Le reste, ça fait déjà partie du Mythe. Parce que les prodiges, il faut tout de même les protéger. Un peu.

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEEP PURPLE - "Machine Head"

Message par Kebra le Dim 28 Sep - 15:59

ready freddie admirative

salut deepy,

chaque analyse que tu nous transmets et une veritable apologie


Ca nous donne envie de nous précipiter chez le disquaire......... ou de souffler sur la poussière des vinyles

merci encore pour tes recits


:!chin!: :!chin!:

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEEP PURPLE - "Machine Head"

Message par Kebra le Dim 28 Sep - 16:00

jungleland

rââââh toute ma jeunesse ! Smile

même si personnellement j'ai toujours eu un petit faible pour le In Rock. Faut dire que ça a été mon premier album de hard donc forcément ça marque

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEEP PURPLE - "Machine Head"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:27


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum