QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par Necromonger le Mer 1 Oct - 18:31

QUEEN + PAUL RODGERS – POPB – 24/09/08.

Soyons clairs.

Je fus l'un des premiers à faire la fine bouche lorsque nous apprîmes tous l'association entre deux des fondateurs du groupe majeur de notre adolescence et l'icône vocalistique des seventies, citée en exemple par des personnalités aussi diverses que Rod Stewart ou David Coverdale... Avant tout parce que l'affaire nous paraissait totalement contre-nature. Peu de points communs, en effet, entre le baroque affiché jusqu'alors par la bande à Freddie et le bon gros rock tendance balourde véhiculé par Paulo avec Free, Bad Co ou tout seul...

Hérésie. Bâtardisme douteux. Fringale de dollars moite. Au pilori. Dégagez.

Maintenant, vous savez ce que c'est : comme la chair, l'âme est faible.

J'avais résisté à l'appel de fonds de la première venue parisienne. Mais l'angoisse de ne -peut-être- plus jamais revoir Brian May et son acolyte batteur sur une scène fut cette fois-ci la plus forte, d'autant que les extraits entendus du dernier album avaient ma foi fort bonne tenue, me renvoyant au fait que même si je n'allais pas revivre les grands frissons d'antan, au pire allais-je pouvoir passer un bon moment en compagnie d'un groupe lambda ayant finalement belle allure, ce qui n'est pas fréquent ces temps-ci...

Je me suis donc fendu des presque 160,00 € requis pour ma compagne (qui ne connaît rien à la musique en général et au rock en particulier, mais qui a d'autres atouts...) et moi-même, avec pour optique générale de passer deux ou trois jours agréables sur Paname, avec cet événement de Bercy en prétexte...

Ouais.

Et bien le « prétexte », comme je viens de dire, s'est avéré avoir non seulement une sacrée gueule, mais aussi un rendu radieux, magique, époustouflant de qualités, tant musicales qu'humaines.

A cause du choix douloureusement insondable de la bonne paire d'escarpins coordonnée au coloris du jean, nous avons tout simplement raté l'intro !... (Alors que l'hôtel était juste en face, un comble !).

« Tie your mother down » dans la foulée (ouf !) et première constatation, le son est d'une qualité exceptionnelle !

Suit un package de 4 ou 5 titres Queeniens (dont l'indécrottable « Radio Gaga » et un extrait du nouvel album genre « Celebrity ») ou je me dis qu'on a là une sacrée bonne équipe, remarquablement compétente et brillante dans l'exécution, seulement voilà, quoi... Le court-sur-pattes/raz-du-cul qui sert de bassiste a beau avoir un son énorme, Paulo a beau arpenter la scène de long en large avec une démarche de déménageur Breton et Brian a beau prendre la pose 12 C chère à nos cœurs, personnellement, la mayonnaise a du mal à prendre. Ca demeure excellent, mais pas exceptionnel. Et excusez-moi du peu, mais si Queen connaît toujours cet engouement fondamental, c'est bien parce que c'était un groupe exceptionnel, non ?...

C'était compter sans la roublardise de ces gens.

Car c'est à cet instant précis que toute l'affaire prit enfin sens.

Après cette mise-en-bouche, tout le monde quitte la scène. Tout le monde, sauf not' bon Paulo, qui revient illico avec une douze cordes acoustique et nous délivre un « Seagull » de derrière les fagots, qui me bouleverse totalement ! Et là, je commence à me dire que si nous allons manquer un rendez-vous avec l'essence même de Queen, au moins aurons-nous la chance de nous rattraper avec un hypothétique clone parfait de Bad Co (que je n'ai jamais vu, même s'ils sont passés à côté de chez moi il y a... Pfou ! Des lustres !...).

Homme de peu de foi ! Que suis-je devenu pour douter ainsi ? Ce « Seagull » d'anthologie (et surtout chanté à la folie...) introduit la partie acoustique du show, qui commence avec un Brian seul au bout de la rampe scénique pour un « Love of my life » un peu scabreux, pas toujours assuré, mais chargé de tellement d'émotion que pour le coup, on n'en avait rien à battre ! La petite larme essuyée par le guitariste après le choeur majestueux de 17000 pélerins en procession en dit plus que tout long discours...

Comme par magie, un mini-kit batterie se retrouve monté petit à petit près du guitariste, vite rejoint par le sémillant Roger Taylor (qui a un peu de mal à marcher avec ses nouvelles pompes alu hideuses, mais je ne me moque pas, non, non...). Dès la fin de la partie acoustique, ce kit va grossir tout du long du solo de Roger (que nous ne détaillerons pas parce que ce n'est pas le propos, et puis c'était un solo intelligent pour le coup, sans démonstration technique déplacée...) pour devenir aussi gros que celui situé en backline et sur lequel Roger va lancer un « I'm in love with my car » d'anthologie, une version vocale qui n'a pas pris une ride !

A partir de là, tout est devenu magique, irréel, parfait. Paulo nous propose son « Bad Company » et la version est magnifique, à l'instar du « Feel like makin' love » quelques tracks plus loin. Et malgré tout ça, malgré tous ces changements de playlist officialisés sur contrats avant même le début des répétitions, tout est empreint d'un feeling palpable, quasi insoutenable.

« Bijou » et la première apparition de Freddie sur l'écran géant bouleverse et détruit tout le monde ! Des milliers de mouchoirs jetables sortent spontanément pour essuyer les mêmes larmes. Ce sera encore pire sur « Bohemian raphsody », même si le final heavy parfaitement envoyé par Rodgers remet du beaume au coeur...

Je n'ai plus l'intégralité de la playlist dans l'ordre, là... Comment dire ?... Les contingences traditionnelles du live report, dans ce genre de circonstances, me passent carrément par-dessus la tête. Ceux qui ne comprennent pas ça peuvent aller se faire foutre. Les autres, ceux qui savent se laisser emporter par une harmonie, un choeur ou un solo, savent de quoi je parle. Ce soir encore, je pense que « The show must go on » fut l'un des grands moments de ce concert. Paulo l'a envoyé de tel manière qu'on ne peut que rester admiratif et surtout humble face à tant de talent et d'implication. Et Freddie (qui était là aussi, ce soir-là, n'en doutons pas !) a dû trouver que son ancien groupe avait encore une sacrée gueule, à relever des challenges pareils et à les REUSSIR, envers et contre toutes les critiques des grincheux dont je fus, allez, ne lésinons pas sur l'auto-flagellation !

Dans ce contexte, « Allright now » tient un peu de l'anecdotique, mais on s'en moquait, vraiment. « We will rock you », « I want it all », « We are the champions », autant de flash fulgurants, emplis d'une émotion que chacun ressentit comme non feinte. Et qui nous a laissé au bord du gouffre.

Je suis sorti de là chancelant, au bras d'une brune incendiaire, laquelle, si elle ne put être en mesure de ressentir tout le poids du Mythe, en a subi toute la charge émotionnelle énorme. Retournée elle aussi. Comme nous tous. Enfin... Comme tous ceux qui ont eu la chance de vivre l'épopée Queen en temps et heures et qui se retrouvent aujourd'hui avec un autre Queen. Sans doute moins flamboyant. Pas au complet. Mais sacrément conscient de ce qu'il fut, de ce qu'il est, et de ce qu'il doit continuer à être. On appelle ça vieillir avec classe. Et même si la douleur nous taraude toujours, disons-nous qu'elle se doit de le faire. Sinon, Brian et Roger n'auraient jamais eu la force de prendre sur eux pour se lancer dans ce pari improbable et, pour le coup, totalement réussi...

Respect.

PS : J'attends des photos du show. Je les mettrai dès qu'elles seront là.


Dernière édition par Necromonger le Sam 4 Fév - 17:30, édité 1 fois

Necromonger

Messages : 85
Date d'inscription : 10/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par ready freddie le Mer 1 Oct - 19:14

alors là, tu m'en bouche un coin mon vieux necro affraid affraid affraid affraid

tu disparais pendant trois semaines, et tu reviens nous faire l'apologie de Quenn + PR


y'en a un qui va pas s'en remettre :roll: :roll: :roll:




Une amitié qui ne peut pas résister aux actes condamnables de l'ami n'est pas une amitié. Alain.

ready freddie
Admin

Messages : 2981
Date d'inscription : 09/09/2008

http://classicrock.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par Kebra le Mer 1 Oct - 19:34

La brune incendiaire a été un temps éclipsée, fais gaffe Necro, on sait toujours comment cela commence, mais jamais comment cela fini. :!rro!:

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par ready freddie le Mer 1 Oct - 19:42

ho ça, je crois qu'il le sait dejà..........

:!sif!: :!sif!:




Une amitié qui ne peut pas résister aux actes condamnables de l'ami n'est pas une amitié. Alain.

ready freddie
Admin

Messages : 2981
Date d'inscription : 09/09/2008

http://classicrock.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par JFRocks le Jeu 2 Oct - 9:15

A la lecture de ta prose, Necro, je me dis que je n'aurais peut etre pas du revendre mon billet :§ou§ps§: ....... c'est surement la peur de passer une soiree dans le cosmos qui m'a fait faire ca, ou alors, le fait que je n'ai pas eu de brune pulpeuse pour m'accompagner :D :D

JFRocks

Messages : 206
Date d'inscription : 12/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QUEEN + Paul Rodgers / POPB / 24.09.2008

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum