FRANZ WAXMAN - A PLACE IN THE SUN composée en 1951

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FRANZ WAXMAN - A PLACE IN THE SUN composée en 1951

Message par mistyblues le Jeu 2 Mai - 15:12




Oldie & Sweetie


Souvent très souvent the oldie demeure the sweetie à toujours au cinéma et prisé de façon orgasmique point de vue cinématographique...

Une Place au Soleil à son origine A Place in the Sun s'avère une réalisation de George Stevens; ledit film vit le jour en 1951 et se fit octroyer sans lésiner six Oscarsl ....

En synergie avec une musique dont la composition est de Franz Waxman compositeur américain d'origine allemande dont le prolifique feu sacré reçut en l'occurrance l'oscar for the best Music film en 1952; à entendre sans se méprendre notons-le derechef une sublissime de musique; cette dernière fut en générique pour la populaire émission de Michel Boujut, Cinéma, Cinémas. (MDLoups trois mai 2013).

*******

Musique par FRANZ WAXMAN - A PLACE IN THE SUN composée en 1951








*********

Une Place au Soleil



Coup de Projecteur
jeudi 2 mai 2013

Une Place au Soleil
Plus qu'un film-culte, "Une Place au Soleil", qui ressort en salles ce 1er mai, fait partie de la mythologie du 7e art, et pas seulement à cause de la B.O. légendaire de Franz Waxman servant de générique à l'émission "Cinéma, Cinémas" produite dans les années 80 par Claude Ventura, Anne Andreu et le regretté Michel Boujut...

Derrière la caméra, George Stevens, le réalisateur de "Geant"... Six ans auparavant, il avait filmé la libération des Camps. Dans "Une Place au Soleil", c'est le désir qu'il met en scène... Désir coupable, désir assassin, désir interdit, surtout, entre Montgomery Clift, qui est en bas de l'échelle sociale, et Liz Taylor, jeune fille de la haute société. L'épouser lui ouvrirait pour de bon les portes d'un autre monde... à condition qu'il se débarrasse, au préalable de son ingrate et prolétarienne fiancée (Shelley Winters) à qui une balade en barque, sur un lac bien inquiétant, ferait certainement le plus grand bien...

"Si George Stevens n’avait pas été le premier à utiliser le premier film en 16mm couleur à Auschwitz et Ravensbruck, jamais sans doute le bonheur d’Elizabeth Taylor n’aurait
trouvé une place au soleil », dira plus tard Jean-Luc Godard, qui ne fut pas non plus insensible à ce fameux regard-caméra de la star ("Are they watching us?") lorsque Montgomery Clift lui déclare sa flamme...

On y revient dans notre coup de projecteur du jour, ce jeudi 2 mai, avec le critique et essayiste Alain Bergala, surtout connu comme spécialiste de l'oeuvre de Jean-Luc Godard... et de George Stevens!



La rédaction de TSFJAZZ


Le regard sur la scène culturelle, par ceux qui la font et qui traverse toutes les formes artistiques. Ils sont comédiens, réalisateurs, metteurs en scène, écrivains, chorégraphes.
Ils interrogent leur temps et la société à travers cinéma, théâtre, livres, danse ou expositions.
Source: TSF Jazz




**********

<< Lorsque l'élève se relève nous sentons monter la sève puisque plus en rôle et drôle il se surélève et devient plus fûté que le professeur en grève de rêves. >>
MDLoups in La sève et l'élève




mistyblues

Messages : 3825
Date d'inscription : 24/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum