The FUGS (Underground)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The FUGS (Underground)

Message par Kebra le Mer 10 Sep - 18:58

Naturellement certaine image ont disparue depuis le temps. Sad

Ed Sanders and Tuli Kupferberg, The Fugs, rock musicians / political satirists, New York City

Avec les FUGs, on se replonge dans le mouvement "underground" du milieu des années 60's. A l'instar de l'homo sapiens qui côtoie un moment l'homo néandertalien, les beatniks cèdent lentement la place aux Hippies.

A New York, jouxtant Broadway, le long de l'Hudson, et à la croisée de Houston Street au sud, et la 14e rue au nord, se situe Greenwich Village.

Sheridan Square
C'est là que commence l'aventure des Fugs. En 1965 lors d'une réunion de poètes "underground", parmi lesquels on trouve Ed Sanders, Allen Ginsberg et Gregory Corso, ils décident d'utiliser le rock comme véhicule poétique.

Leur premier album "The Village Fugs (The Fugs First Album)" est enregistré lors de deux sessions, la première en avril 1965 avec Ed Sanders et Tuli Kupferberg (chant),Ken Weaver (batterie), plus Steve Weber et Peter Stampfel (guitares). La deuxième session est prévue initialement comme bande de démo pour "Verve", lors de cette Peter Stampfel est remplacé à la guitare par Vinny Leary qui n'est autre que le fils de Timothy Leary. L'album final sera un mélange de ces deux sessions.


1 Slum Goddess (1:58)
2 Ah, Sunflower Weary of Time (2:15)
3 Supergirl (2:18)
4 Swinburne Stomp (2:50)
5 I Couldn't Get High (2:06)
6 How Sweet I Roamed (2:11)
7 Carpe Diem (5:07)
8 My Baby Done Left Me (2:18)
9 Boobs a Lot (2:12)
10 Nothing (4:18)
11 We're the Fugs (1:25)
12 Defeated (3:25)
13 Ten Commandments (2:59)
14 CIA Man (2:52)
15 In the Middle of Their First Recording Session the Fugs Sign the Worst (2:49)
16 I Saw the Best Minds of My Generation Rock (4:51)
17 Spontaneous Salute to Andy Warhol (From Rehearsal at the Peace Eye Boo) (1:23)
18 War Kills Babies (1:41)
19 Fugs National Anthem (1:16)
20 Fugs Spaghetti Death (No Redemption No Redemption) - A Glop of ... (3:54)
21 Rhapsody of Tuli (8:35)

Un 2éme Album sort en mars 1967, et qui le 9 juillet à leur plus grand étonnement apparaît à la 89émé place dans le classement des albums juste avant Martha and the Vandellas Greatest Hits!, alors que The Trogg's avec "Wild Thing" sont à la 7éme places et "Paperback Writer" à la seconde des singles. Entrée plutôt remarquable avec des titres comme "Kill for Peace" et "I Feel like Homemade Yodel."
En effet les Fugs sont un groupe musical aberrant au frontière du jazz, de la pop music, de la poésie beatnik et des œuvres choisies de Freud.

Participe à cet album Ed Sanders, Tuli Kupferberg, Ken Weaver, Lee Crabtree, Vinny Leary, Pete Kearney, John Anderson, Betsy Klein, Dan Kortchmar, Charlie Larkey, Robert Banks, Alan Jacobs, Eric Gale, Chuck Rainey, Bernard Purdie.


1. Frenzy
2. I Want To Know
3. Skin Flowers
4. Group Grope
5. Coming Down
6. Dirty Old Man
7. Kill For Peace
8. Morning Morning
9. Doin' All Right
10. Virgin Forest
11. I Want To Know - (live, bonus track)
12. Mutant Stomp - (live, bonus track)
13. Carpe Diem - (bonus track, from "Thrown Off Atlantic")
14. Wide, Wide River - (bonus track, from "Thrown Off Atlantic")
15. Nameless Voices Crying For Kindness - (bonus track, from "Thrown Off Atlantic")

Durant l'été 66 ils entament une série de représentation au théâtre de MacDougal Street, à Greenwich Village, qui se poursuivra jusqu'a atteindre 700 séances. Et il faut se les imaginé les gaillards, 7 ou 8 types chevelus barbus, pas tibulaires, mais presque, sur une scène encombrée de gadgets aussi divers que variés allant du fœtus en matière plastique aux casques nazis, pendant que le chanteur agite son micro d'une manière ostensiblement obscène, un acolyte se déshabille dans un concert d'aboiements pour, au sommet de l'extase, déverser sur la scène le contenu d'un pistolet à eau… La sollicitation d'un folklore freudien cher au happening est ici évidente.
Au cours de cette année de nombreux changement vont s'opérer au sein du groupe, John Anderson le bassiste est appelé à l'armée, Peter Kearney quitte le groupe et en cet été 66 Jon Kalb devient lead guitar. Ainsi a ce moment les Fugs se composent de : Sanders, Kupferberg, Weaver, Kalb, Leary and Crabtree.
Jimi Hendrix jouait dans un petit club au sous sol du théâtre et Zappa à trois blocs de maisons, et bien qu’ayant à l'esprit la mort récente du grand comédien Lenny Bruce et du non moins grand poéte Frank O'Hara, en cette fin d'été, ils feront la fête et s'amuseront beaucoup avec ceux-ci.(Hendrix et zappa)

L'entrée dans les charts de leur deuxième album leur apporte une soudaine renommée et une certaine notoriété. L'aspect théâtral de leurs prestations attirera des personnalités du spectacle comme :Richard Burton, Peter O'Toole, Tennessee Williams et Leonard Bernstein, ceux ci les acclamant.


Une petite video et à suivre.
http://www.youtube.com/watch?v=q2AGqlf8J9g

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: The FUGS (Underground)

Message par Kebra le Mer 10 Sep - 19:09

La suite ;

Ed Sanders
D'après Ed Sanders leur toute nouvelle popularité attire sur eux le regard du FBI. Quelques semaines après la sortie de leur 2éme album il y eut une enquête diligentée par FBI sur les FUGS. Ed sanders en a connaissance plusieurs années plus tard quand au titre de la loi sur la liberté de l'information il obtient une partie de ses dossiers. Quelqu'un à une station de radio ou de télévision a écrit une lettre indignée au FBI se plaignant au sujet des FUGS. Naturellement, en ces années le FBI a été connu pour écrire des lettres lui-même, ou pour installer de telles lettres, afin de justifier des investigations sur les activistes américains.
Un mémorandum du FBI a déclaré qu'un inspecteur avait terminé ses recherches : "He advised The Fugs is a group of musicians who perform in NYC. They are considered to be beatniks and free thinkers, i.e., free love, free use of narcotics, etc. .... it is recommended that this case be placed in a closed status since the recording is not considered to be obscene."
Ce qui fera dire à Ed Sanders que s'il l'avait su à l'époque ils auraient pu mettre en Exergue sur leur disque la mention
"Ruled NOT obscene by the FBI!"

En automne 1966, le lead guitare Jon Kalb retourne à l'université et ils changent de personnel pendant un certain temps jusqu'à arriver à une bande stable pour le reste des années 60. Avec ces changements constants, Sanders, Kupferberg and Weaver deviennent le noyau du groupe.
Sanders, Weaver and Kupferberg

Leurs rapports avec ESP record deviennent tendus, ceux-ci les accusant de fabriqué et de vendre des disques par le biais de la mafia, et insistent pour modifier les lyriques de la chanson de Ted Berrigan "Doin' All Right".

Allen Ginsberg.
Ed sanders rencontre Jerry Wexler propriétaire des disques "ATLANTIC" qui viennent de sortir un enregistrement d'Allen Ginsberg" récitant son grand poème "Kaddish."Et ils envisagent la possibilité de signer avec ATLANTIC d'autant plus que Wexler leur garanti de pouvoir enregistrer ce qu'ils veulent sans aucune censure et les encouragent même à explorer plus encore leur marginalité.

Une poésie d’ Allen Ginsberg :

HOWL

J'ai vu les grands esprits de ma génération
détruits par la folie, affamés hystériques nus
se traînant à l'aube dans les rues nègres
à la recherche d'une furieuse piqûre, initiés
à tête d'ange brûlant pour la liaison céleste
ancienne avec la dynamo étoilée
dans la mécanique nocturne
qui pauvreté et haillons et oeil creux et défoncés
restèrent debout en fumant dans l'obscurité
surnaturelle des chambres bon marché
flottant par-dessus le sommet des villes
en contemplant du jazz, qui ont mis à nu
leurs cerveaux aux Cieux sous le Métro Aérien
et vu des anges d'Islam titubant illuminés
sur les toits des taudis, qui ont passé à travers
des universités avec des yeux radieux froids hallucinant
l'Arkansas et des tragédies à la Blake
parmi les érudits de la guerre,
qui ont été expulsés des académies pour folie
et pour publication d'odes obscènes
sur les fenêtres du crâne...

Pendant quelques semaines se joint à eux un bon guitariste appelé Stefan Grossman. Ensuite ils s'allouent les services de Jake Jacobs qu'ils ont vu jouer au Night Owl Cafe, un bar au coin de la rue où ils se produisent régulièrement, Jake était connu pour sa voix fine et son travail de guitare en studio, et avait joué de la guitare sur au moins un des succès des "Monkees".
Le Night Owl Cafe

De nouveau ils enregistrent un album pour Atlantic au Talentmasters studio on West 42nd. Otis Redding apparemment avait également enregistré dans ce même studio car ils y trouveront un grand nombre de track-tapes. A l'écoute de ces bandes abandonnées par Otis Reddins et qui s'avéraient d'une grande qualité certains auraient voulu les intégrés au lyrics des FUGS ces voix donnant plus de vitalité au groupe, mais pour une question d'éthique ils refusèrent.

Pour ces sessions, de automne et de l'hiver de 1966-67 les FUGS se composent de :Sanders, Weaver, Kupferberg, Crabtree, and Jake Jacobs auxquels viennent s'ajouter quelques grands musiciens de studio, Eric Gale guitar, Chuck Rainey bass, Robert Banks piano, organ et Bernard Purdie drums.
En quelques semaines ils terminent l'album, et l'envoient au mixage chez Atlantic Records.

Couverture de Life magazine du 17 février 1967.
A la suite de cette couverture, Johnny Carson l’invite à la télévision pour un show, avant le début de l’émission, Ed Sanders insiste pour que les Fugs interprète "Kill for Peace" à la télévision nationale comme protestation contre la guerre de Vietnam, ce qui leur sera refuser. (c’est pas parce qu’on devient populaire, que tout le monde est gentil avec vous, il faut pas pousser quand même.)

Il reçoit un colis postal, qu’il ouvre dans l’entrée de la poste, découvre une nouvelle copie, avec une couverture rouge lumineuse, d’une récente édition de l’idiot de Dostoievsky. Comme il le tenait dans ses mains, la couverture s’est ouverte produisant un bruit assourdissant, l’intérieur du livre avait été soigneusement découpé de façon a obtenir un compartiment carré dans lequel était placé une batterie, un commutateur "Marche/Arrêt" piloté par des ressorts et quelques fils fixés à quelques petits cylindres. La bombe s’avérera être plus pour faire peur que pour faire du mal, Celui qui l'a envoyée avait collé une carte à l'intérieur de la couverture :
Big Boy has the Contract
Red is the Finger
You are the Mark


A la suite de ça il reçoit un appel téléphonique anonyme, alors que sa fille âgée de 2 ans est endormie dans sa chambre , l’interlocuteur lui dit que l’on va faire exploser sa maison et ensuite celle de Franck Zappa. Pour les dix années qui suivent il s’enregistrera en liste rouge.

à suivre...

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: The FUGS (Underground)

Message par Kebra le Mer 10 Sep - 19:12

1967 leur apportera néanmoins quelques période de gloire. Au début de l’année ils se rendent à Los Angelés où ils rencontrent Janis Joplin et la persuade de ne pas signer avec EPS.
Lors d’un show télévisé, ils font la connaissance de Phil Ochs.
Phil Ochs
Philip David Ochs (19 décembre 1940 - 9 avril 1976) était un chanteur et compositeur américain de folk music particulièrement actif durant les années 60.
Il est né dans la ville d’El Paso au Texas, dans une famille de classe moyenne. Il étudia le journalisme à l’Ohio State University, études qu’il abandonna la dernière année pour aller s’installer à New-York. Il commença alors à composer plusieurs chansons ayant pout thèmes principaux la guerre, les droits civiques et la lutte des classes. Il se décrivait lui-même comme un "journalist chantant" (singing journalist). On sait notamment qu’un autre grand nom de la folk music, Bob Dylan, noua des liens d’amitié avec Phil Ochs et appréciait ses chansons. Il fut très engagé contre la guerre du Vietnam. Il organisa plusieurs concerts contre le président Richard Nixon. Alcoolique, dépressif et déçu de son manque flagrant de succès commercial, il se donna la mort par pendaison le 9 avril 1976.

Ils jouent en compagnie d’Eric Burdon and the Animals in Santa Barbara, et seront assaillis par des fans déchaînés qui leurs arrachent leurs chemises.


Au printemps 67, ils sont en concerts gratuit en compagnie de Country Joe and the Fish au
« Panhandle of Golden Gate park », près de Haight Ashbury.
A concert in the Panhandle, Golden Gate Park, San Francisco, 1967

1967 voit un vent d’espoir grandir en Amérique, et la culture semble comme l’éclosion spontanée de fleurs sur lesquelles la promesse de nectar attirerait l’abeille.

De retour à New York, ils sont très excités car leur album pour Atlantic Record est terminé, et les héros de la beat génération, Allen Ginsberg et Grégory Corso viennent chanter avec eux dans leur spectacle.


Gregory Corso (26 mars 1930 - 17 janvier 2001), est un poète américain.
Il fut le quatrième membre majeur de la Beat Generation, aux côtés de Jack Kerouac, Allen Ginsberg, et William Burroughs. Incarcéré à Dannemora pour vol en 1947, Gregory Corso se plongea dans la littérature, pour commencer à écrire de la poésie. Une fois libéré en 1950, il retourna à New York où il rencontra Ginsberg dans Greenwich Village (au « Pony Stable »). Ginsberg présenta peu après le jeune Corso aux autres membres de la scène Beat. Son premier recueil de poésie fut publié à compte d'auteur en 1955 (avec l'aide d'amis de Harvard, où il avait suivi des cours) : The Vestal Lady on Brattle and other poems (inédit en français). Cette première publication eut lieu un an avant le premier recueil de poèmes de Ginsberg, et deux ans avant le Sur la route de Jack Kerouac. En 1958, Corso avait étendu son répertoire poétique, qui fut publié sous la référence numéro 8, de la série poétique « City Lights Pocket Poets » sous le titre Gasoline/Vestal Lady on Brattle.

Jerry Wexler le president de Atlantic a une idée pour la couverture du disque. Les Fugs veulent Joel Brodsky's studio qui fera les Photos. « The Village Voice » (journal hebdomadaire de New York) obtient d’une manière ou d’une autre une copie de l’idée de la couverture ainsi que l’idée des Fugs pour le titre de l’album «The Fugs Eat It” et le publie.
Lors d’une réunion avec les propriétaires d’Atlantic, ils leurs font écouté le disque, l’un d’eux dira :
" bon JOB de production, ED."
Deux jours après cette entretient, Jerry Wexler au court d’un bref appel et sans autre explications annonce à Ed Sanders que le disque ne sortira pas, et qu’ils sont virés d’Atlantic Record, et ils leur semblera que leur carrière au sein des « Major » était terminée.
Trois titres de cette période seront ajoutés en bonus sur le 2eme album lors de sa réédition CD : "Carpe Diem," "Wide, Wide River," and "Nameless Voices Crying for Kindness"

Avec le vent d’amour, de liberté, de fête, qui souffle sur cette année 67, ils ne s’en laisseront pas conter, et ce n’est pas un coup de téléphone qui les arrêtera. Les Fugs terminent leur show au Players Theater et commencent à voyager intensément. Et San Fransisco qui s’éveille les surprend au petit matin après leurs concerts dans le parc, à errer complètement stones et groggy affublés de plumes de paons et brandissant des baguettes d’encens fumantes.
Allen Ginsberg, Human Be-In festival, San Francisco, 1967

Le Peace Eye Bookstore, la librairie, temple de la défonce, où se retrouvent ses amis et que Sanders à ouvert en 1964 , se transforme bientôt dans l’esprit Flowers Power en communauté, les arrières salles se remplissent de matelas et accueillent les Hippies errants. C’est au printemps 67 que les gens ont cessés d’utiliser le terme « Beatnik » pour employé celui de « Hippies ».
A la suite de leurs déboires avec Atlantic, et après des tractations avec « Reprise » ils signent un contrat. Ils réenregistrent une grande partie de l'album qu’ils avaient fait pour Atlantic. Reprise leur impose l’accord de Franck Sinatra, celui-ci les cautionne OK

Activiste et contestataire ils seront engagés contre la guerre du VietNam et sur les pelouses du Pentagone ils se retrouveront face aux forces armées avec des marguerites qu’ils placeront dans les canons des fusils, le monde entier ‘s’émerveillant du contraste de ces pétales blanches jaillir du métal froid et foncé.
The Armies of the Night de Norman Miller, relate cet episode.


A la fin de leurs prestations au Players Theater de Greenwich Village, le groupe change de personnel et assemble une line-up talentueuse beaucoup plus musicale qui intègre : Charles Larkey à la basse, Ken Pine à la guitare, Dan Kootch guitare et violon, ainsi que Ken Weaver à la batterie.

L’année 1968 commence comme un cauchemar en fevrier à lieu The My Lai massacre

Massacre de My Lai
Le 16 mars 1968, la compagnie Charlie, appartenant à la 11e brigade de la division américaine Americal, entrait dans le village vietnamien de My Lai. De nombreux soldats de cette unité avaient été tués ou blessés les jours précédents dans des combats. Quand les troupes pénètrent dans le village, leur chef, le lieutenant William Calley, leur dit : « C’est ce que vous avez attendu, une mission, chercher et détruire. » Bilan : entre trois cents et cinq cents morts, presque tous des civils, et parmi eux de nombreux vieux, femmes et enfants. L’armée américaine annonça une grande victoire et la mort de 128 ennemis.

Le Président Johnson a abdiqué dans des circonstances étranges en mars ; Martin Luther King est assassiné quelques jours plus tard, et le prochain président probable, Robert Kennedy, a son tour assassiné. En France, c’est mai 68 souvenez-vous, ce qui apporte des signes d’espoirs, et les Fugs vont de l’avant, ils se rendent en Scandinavie en compagnie de Peter Green and Fleetwood Mac et de Ten Years After. Un titre de cette tournée "The Swedish Nada," issu du concert à Lund, en Suède le 13 mai est inclus sur « Fugs Live from the '60s. »
En Juin ils se produisent au Fillmore West sur la Seconde Avenue à NYC en compagnie de Moby Grape.
Golden Filth (Live at the Fillmore East) Reprise 1970 provient des enregisrements effectués lors de ce week end de concerts.



1 Slum Goddess (3:10)
2 CCD (2:50)
3 How Sweet I Roamed (3:21)
4 I Couldn't Get High (4:08)
5 Saran Wrap (3:45)
6 I Want to Know (2:39)
7 Home Made (5:18)
8 Nothing (4:54)
9 Supergirl (2:42)

Carl Lynch Guitar Kenny Pine Guitar, Vocals Ken Weaver Drums, Vocals Bob Mason Drums Earl Baker Vocals Ed Sanders Percussion, Vocals Tuli Kupferberg Percussion, Vocals Charles Larkey Bass Julius Watkins Horn Howard Johnson Horn

Finalement Reprise sort leur album « Tenderness Junction » sans aucune censure ce qui n’est pas sans les réjouir.



1 Turn on / Tune in / Drop Out 4:44
2 Knock Knock 4:20
3 The Garden Is Open 6:11
4 Wet Dream 3:21
5 Hare Krishna 3:19
6 Excorsing the Evil Spirits From the Pentagon October 23, 1967 3:17
7 War Song 5:20
8 Dover Beach 4:01
9 Fingers of the Sun 2:23
10 Aphrodite Mass - Litany of the Street Grope 1:14.
11 Aphrodite Mass - Genuflection at the Temple of Squack 3:01
12 Aphrodite Mass - Petals in the Sea 1:04
13 Aphrodite Mass - Sappho's Hymn to Aphrodite 1:34
14 Aphrodite Mass - Homage to Throb Thrills 1:30

Cet album comporte des titres assez excellents comme : Turn on / Tune in / Drop Out ; The Garden Is Open ; War Song.

Ils commencent immédiatement à travailler sur leur prochain album.

A suivre ………

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: The FUGS (Underground)

Message par Kebra le Mer 10 Sep - 19:15

« Rapture of the Deep » est le titre du disque le plus cher qu’ils enregistrent, 25000 $ une somme conséquente en 1968 et qui finalement sortira sous le titre «Crawled into My Hand, Honest. »
Pour les chœurs ils font appel à de bon choristes qui ont travaillé avec Harry Bellafonte,et on peut les entendre dans "Wide, Wide River," et "When the Mode of the Music Changes," sur « Crawled into My Hand Honest."



Crystal (3:11)
Ramses II Is Dead, My (2:50)
Burial Waltz (2:27)
Wide, Wide River (2:53)
Life Is Strange (2:41)
Johnny Pissoff Meets the Red Angel (4:33)
Marijuana (1:36)
Leprechaun (:11)
When the Mode Of Music Changes (3:55)
Whimpers From the Jello (:21)
The Divine Toe, Pt. 1 (:37)
We're Both Dead Now, Alice (:15)
Life Is Funny (:14)
Grope Need, Pt. 1/Tuli, Visited By the Ghost of Plotinus/More Grope Ne (:38)
Robinson Crusoe (:17)
Claude Pelieu and J.J. Lebel Discuss the Early Verlaine Bread ... (4:27)
The National Haiku Contest (:24)
The Divine Toe, Pt. 2 (:47)
Irene (1:11)


Bob Dorough (Vocals), Ed Sanders (Percussion), (Vocals), Kenneth Bates (Vocals), Barbara Calabria (Vocals), Leslie Dorsey (Vocals), Doug Franklin (Vocals), Doug Franklin (Vocal Arrangement), Bob Hanson (Vocals), James Jarvis (Bass), Danny "Kootch" Kortchmar (Guitar), Tuli Kupferberg (Percussion), (Vocals), Charles Larkey (Bass), Kenny Pine (Guitar), (Vocals), Marlys Trunkhill (Vocals), Ken Weaver (Drums), Ken Weaver (Vocals), Jennifer Brown (Vocals), Bob Mason (Drums)

Danny Kortchmar, Carole King and Charles Larkey

Fin 1968 et début 1969 les Fugs alignent leur meilleur band des années 60’s, Bill Wolf est à la basse et est également bon chanteur, de plus Ken Pine est un guitariste exceptionnel, ils copient aussi les Mothers of Invention en présentant deux batteurs Ken Weaver et l’excellent Bob Mason.
Le visuel étant une partie importante de leurs shows, Tuli Kupferberg se déplace toujours avec un assortiment de coffres bourrés de costumes, et il est pratiquement une compagnie moderne de danse car il caracole et danse comme un damné changeant de costume avec rapidité et un esprit satirique constant au gré du show.

Livre de Sanders, pour aller plus loin.

Par chance un des derniers concerts des Fugs des années 60’s au Rice University in Houston, Texas en Fevrier 69, a été enregistré et permet d’entendre le groupe avec sa meilleur line-up de toutes les années 60’s.
Cinq titre, y compris "Homage to Catherine and William Blake," jamais sortit sont inclus sur “Fugs Live from the '60s” Chez ACE Record.
Petite aparté à propos de william Black, je recommande un film de Jarmusch avec Johnny Depp DEAD MAN. et une musique de Neil Young seul à la guitare et qui colle parfaitement aux images.


Synopsis
Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Bill Blake, jeune comptable en route pour le confins de l'Ouest américain, entreprend un voyage initiatique où il devient malgré lui un hors-la-loi traqué. Blessé, il est recueilli par Nobody, un Amérindien lettré rejeté des siens, qui l'identifie d'emblée à son homonyme défunt, le poète anglais William Blake, et décide de sauver son âme.
Quelques semaines après que le concert au Rice University, ils jouent dans l’arène de Hershey en Pennsylvanie en compagnie de Grateful Dead et ne se produiront plus en public durant les quinze années qui suivent.

Ils achevent leur dernier album pour Reprise « The Belle of Avenue A, » Disque enregistré à l’ Apostolic Studio, à Greenwich Village.



1 Bum's Song (3:02)
2 Dust Devil (3:15)
3 Chicago (2:11)
4 Four Minutes to Twelve (5:37)
5 Mr. Mack (3:49)
6 Belle of Avenue A (5:40)
7 Queen of the Nile (2:44)
8 Flower Children (4:22)
9 Yodeling Yippie (2:16)
10 Children of the Dream (5:55)

Kenny Pine Guitar, Arranger, Vocals, Stylophone Ken Weaver Drums, Vocals Bill Wolf Bass, Vocals Ed Sanders Percussion, Producer, Vocals Dan Hamburg Guitar Tuli Kupferberg Percussion, Vocals Charles Larkey Bass Jim Pepper Flute
Richard Alderson qui est leur producteur depuis un certain temps et qui a co-produit Tenderness Junction et It Crawled into My Hand, Honest, (leurs albums Reprise), ferme son studio et part étudier la musique maya dans le Yucatan.

Toujours très controversés et sur le point d’être arrêtés, menacés d’attentats, marginalisés par les bien pensants, victimes de courriers piégés, d’appels anonymes, surveillés par le FBI, the Post Office, the New York District Attorney, virés comme des malpropres de maison de disque, La coupe est pleine pour Ed Sanders qui jette l’éponge. Quatre années qui pèsent comme quarante ont anéanti son moral, et las, il lui semble s’éveillé à l’intérieur d’un roman de Samuel Beckett.
Créer un groupe de rock est une chose simple et rapide, mais sans une vision à long terme et si l’on prend des décisions non réfléchies ou qui manquent de lucidité, celles-ci finissent à la quarantaine par vous hantées.
C’en est fini des Fugs des années 60’, Ed Sanders récupère quelques boites de bandes enregistrées lors de concerts les ranges dans ses archives, et n’y prêtera plus attention pendant 25 ans.

Tout le monde le sait trop bien, le temps qui passe balaie tout sur son passage, ainsi le bâtiment qui abritait la bibliothèque de Sanders et où a débuté l’aventure des Fugs, ce Bâtiment n’existe plus et sera transformé pendant quelques années en potager. (Maintenant, l'emplacement est transformé en projet de logement.)

Les Fugs ont eut la chance tout au long de ces années d’entrainer dans leurs aventures tout un panel de musiciens de talent : Lee Crabtree, Ken Pine, Bob Mason, Dan Kootch, Jake Jacobs, Bill Wolf, Stefan Grossman, Jon Kalb, Geof Outlaw, Charles Larkey, John Anderson, Pete Kearney, Steve Weber et Peter Stampfel qui était parmi les meilleurs du moment.
Ils également attirés des ingénieurs de qualité : Richard Alderson, Chris Huston et David Baker, et la chance aussi de rencontré Mo Ostin, le président de Reprise Records, qui les a toujours soutenus et encouragé, et sans jamais les censurer.

Fin.
D’autres albums sortiront par la suite, mais c’est une autre histoire que je raconterais peut-être un jour si ça intéresse quelqu’un.

PS : Pour répondre à Rocky qui demandait s’il était à Woodstock, EH bien non, ils n’y étaient pas, ils y seront pour le 20éme et le 25éme anniversaire du festival qui coinside avec le 30eme de la fondation des Fugs.
deux disques sont sortis à l’occasion de ces prestations.

Fugs Live in Woodstock 1989
pas d’information sur ce disque

The Real Woodstock Festival (1995) Double CD
.

CD1
Nova Slum Goddess
Poe Job
CIA Man
Crystal Liaison
The Golden Age
Tuli Kupferberg: Rock & Roll Hall of Fame
Frenzy
Sonnet 29: Fortune and Men's Eyes
The Postmodern Nothing
Ramses II Is Dead, My Love
When the Mode of the Music Changes
The Ten Commandments, Together With the Ten Amendments
Woodstock Nation
CD2
Auguries of Innocence (4:15)
They're Closing up the Loopholes of Life (2:53)
Einstein Never Wore Socks (3:07)
Shadows of Paradise (2:47)
I Want to Know (2:37)
A Song for Janis Joplin (8:19)
Cave 64 (4:51)
Down by the Salley Gardens (3:18)
Coming Down (2:56)
Wide, Wide River (3:09)
How Sweet I Roamed (3:27)
Morning, Morning (4:10)
Nurse's Song (And All the Hills Echoed) (6:10)

Ed Sanders (Vocals, Producer, Liner Notes), Coby Batty (Percussion), Coby Batty (Drums), Coby Batty (Vocals), Tuli Kupferberg (Vocals), Scott Petito (Bass), Steve Taylor (Guitar, Vocals)

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: The FUGS (Underground)

Message par Kebra le Ven 16 Juil - 22:19

Triste nouvelle, le temps passe inexorablement.

NEW YORK (AP) --
Tuli Kupferberg, l'un des membres fondateurs des Fugs, l'une des premières formations de rock underground, est mort lundi dans un hôpital de Manhattan. Il avait 86 ans.

L'artiste avait été victime de plusieurs attaques au cours des 12 derniers mois. "Je pense qu'on se souviendra de lui comme d'un parolier américain unique", a déclaré son ami Ed Sanders à l'Associated Press en annonçant son décès.

Les contributions de Tuli Kupferberg à la musique ont été reconnues en janvier lorsque Lou Reed, Sonic Youth et d'autres ont participé à un concert caritatif à Brooklyn pour participer au paiement de certains de ses frais médicaux. Tuli Kupferberg était trop malade alors pour y assister, mais avait enregistré une vidéo de 10 secondes pour exprimer ses remerciements, selon le "New York Times".

Les Fugs avaient été créés en 1965 par Sanders et Kupferberg, alors voisins dans le Lower East Side à Manhattan, selon le site web du groupe. La formation a évolué dans les mêmes cercles que Frank Zappa et les Mothers of Invention, Andy Warhol, Jimi Hendrix, Janis Joplin et d'autres icônes des années 1960. Elle s'est souvent produite lors de rassemblements pour la paix.

Dissous en 1969, le groupe s'est reformé depuis à plusieurs reprises.

Kupferberg laisse son épouse Sylvia Topp, trois enfants et trois petits-enfants. AP


Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Saturday Night Fever

Message par mistyblues le Ven 24 Aoû - 16:16





Demain samedi sera vachly chaud car en plus de la Night Fever... crie Yeah! le "25 août : nous fêterons en grandes pompes plurialisées Saint Louis; Roi de France !"


mistyblues

Messages : 3825
Date d'inscription : 24/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: The FUGS (Underground)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum