Alice Cooper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alice Cooper

Message par Kebra le Dim 28 Sep - 15:08

Par rocky




Vincent Damon FURNIER vit le jour le 4 février 1948 à Détroit et passa son enfance à Phoenix, où il monta son premier groupe, THE EARWINGS en compagnie des guitaristes Glen BUXTON et Michael BRUCE, du bassiste Dennis DUNAWAY et du batteur John SPEAR. Vers la fin des années 60, le groupe tenta sa chance en partant à Los Angeles, où ils engagèrent le batteur Neil SMITH.Ils changèrent leur nom et devinrent THE SPIDERS, puis THE NAZZ, mais comme un groupe portait déja ce nom, ils choisirent le nom d'ALICE COOPER. D'après les rumeurs, ce nom est celui d'une sorcière du 17ème siècle qui lui a parlé lors d'une séance de spiritisme et lui a dit qu'il était sa réincarnation (Alice avoue plus tard qu'il ne s'agit que d'une plaisanterie).

THE EARWINGS:



En pleine période hippie, le groupe fout le bordel et développe une musique heavy, cynique et rebelle. Frank ZAPPA lui même est en admiration devant les prestations du groupe et parvient à les faire signer sur son label en 1969. Le groupe sort alors cette année-là son premier album, PRETTIES FOR YOU. Leur rock acide étant peu commercial, l'album ne se vendra pas des masses. Le groupe sort également en 1970 l'album EASY ACTION, lui même dans un contexte semblable au disque précédent.




ALICE COOPER apparait dans le courant qui donna naissance au heavy metal au début des années 70 en compagnie de BLACK SABBATH, LED ZEPPELIN et DEEP PURPLE. Le groupe signe en 1970 pour la maison de disques Warner et s'adjoint les services du producteur Bob EZRIN pour sortir son troisième album, LOVE IT TO DEATH. Cette fois ci, la réussite est au rendez vous et le titre I'M EIGHTEEN (qui raconte la plainte d'un adolescent), premier succès notable d'ALICE COOPER, permettra au groupe de passer à la télé et de donner de plus grands concerts. En 1971, le groupe sort KILLER, autre excellent album de la part d'ALICE COOPER, qui pour sa part détient de merveilleux titres comme UNDER MY WHEELS, DESPERADO, BE MY LOVER et DEAD BABIES. Petit à petit, le succès se confirme et Alice COOPER effraye les puritains avec ses apparitions en concerts qui sont des scènes théatrales assez provocatrices où il passe des marionettes à la guillotine, met le feu sur scène et apparaît couvert d'un serpent. L'album SCHOOL'S OUT, dont le titre éponyme sera à son tour un immense succès sort en 1972. Il sera suivi en 1973 de BILLION DOLLAR BABIES, qui est l'un des meilleurs albums de la carrière d'ALICE COOPER. Sur celui-ci s'enchaînent de fabuleux titres comme ELECTED, NO MORE MR. NICE GUY, BILLION DOLLAR BABIES et HELLO HOORAY. Le groupe est à cette époque très actif et n'a pas le temps de se reposer entre les albums et les tournées. L'album MUSCLE OF LOVE sort en 1974 avec pour principaux titres TEENAGE LAMENT '74 et MUSCLE OF LOVE. Puis la même année, un best of intitulé ALICE COOPER'S GREATEST HITS voit le jour. Seulement les membres du groupe n'arrivent plus à suivre le train infernal des albums et tournées.





Son alcoolisme étant tellement grave, Alice rentra ensuite dans un asile. Après avoir décroché de la bouteille, Alice redevient en forme et nous livre l'album FROM THE INSIDE, inspiré de son expérience à l'asile. Sur cet album, il écrivit les paroles en compagnie de Bernie TAUPIN, le parolier d'Elton JOHN. En 1980, Alice COOPER sort l'album FLUSH THE FASHION. CLONES (WE'RE ALL), le titre principal de l'album marque un changement dans la musique d'Alice, plus orientée vers le sons synthétiques. L'album SPECIAL FORCES voit le jour en 1981. Paradoxalement, alors que le heavy metal connait sa renaissance, Alice COOPER ne connait plus le succès immense qu'il avait dans les années 70. Cela se confirme en 1982 avec un autre album, ZIPPER CATCHES SKIN. L'album suivant, DADA, sorti en 1983, fête le retour du producteur Bob EZRIN et Alice COOPER travaille avec Salvatore DALI, notament pour la pochette de l'album. Alice fait alors une pause discographique pendant trois ans. Il revient en 1986 avec l'album CONSTRICTOR, qui met en avant l'un des symboles de la mythologie d'Alice COOPER, le boa constrictor. Dans la foulée sort l'album RAISE YOUR FIST AND YELL en 1987, dans la lignée du précédent.




En 1989, Alice COOPER nous livre TRASH, . Le disque est produit par un producteur de grands succès en la personne de Desmond CHILD et Alice invite à participer sur ce disque ses collègues Jon BON JOVI, Ritchie SAMBORA, Steve LUKATHER, les membres d'AEROSMITH et plein d'autres encore. D'excellents titres figurent dans cet album tels POISON, ONLY MY HEART TALKIN', TRASH, HOUSE OF FIRE et plein d'autres merveilles encore. La tournée qui suivit l'album fut également une réussite pour Alice, entouré de musiciens exceptionnels tels les batteur Jonathan MOVER et Eric SINGER, les guitaristes Al PITRELLI et Pete FRIESEN et le bassiste Tommy CARADONA.




Dans la lancée de son succès, Alice publie un autre album en 1991, intitulé HEY STOOPID avec des titres d'anthologie comme HEY STOOPID et FEED MY FRANKENSTEIN. Sur cet album, Alice COOPER invita entre autres Joe SATRIANI, SLASH et Ozzy OSBOURNE. En cette même année, Alice participa sur le titre THE GARDEN de l'album USE YOUR ILLUSION I de GUNS N' ROSES et fit une apparition dans le film WAYNE'S WORLD, où il joue également FEED MY FRANKENSTEIN en compagnie de son groupe. Une fois de plus, la côte de popularité d'Alice est au sommet. Il donnne une tournée pour promouvoir l'album en compagnie d'un magnifique line-up : Jimmy DEGRASSO à la batterie, Derek SHERINIAN aux claviers, Greg SMITH à la basse et Pete FRIESEN et Stef BURNS aux guitares.






Alice prend quelque temps du repos avant de sortir en 1994 l'album THE LAST TEMPTATION. Celui-ci est plutot bon avec des titres de la trempe de LOST IN AMERICA. Alice s'attaque ensuite à une immense tournée lors des années 1996 et 1997. Au final, il enregistra A FISTFUL OF ALICE, un album live à Cabo Wabo où apparurent en invités Sammy HAGAR, SLASH et Rob ZOMBIE et où Alice reprend avec brio tous ses plus grands titres de I'M EIGHTEEN à LOST IN AMERICA. En prime, on a le droit à un inédit intitulé IS ANYONE HOME? Malheureusement le 19 octobre 1997, on apprit la mort Glen BUXTON ex guitariste d'Alice. En 1999, un coffret contenant 4 cds est édité avec pour nom THE LIFE AND CRIMES OF ALICE COOPER. Ce n'est qu'en 2000 que l'on retrouve Alice pour un nouvel album. Celui-ci est intitulé BRUTAL PLANET et a pour titres principaux GIMME et BLOW ME A KISS. Alice enchaîne ensuite avec une tournée de belle qualité, comme nous le prouve la vidéo BRUTALLY LIVE. Vient ensuite l'album DRAGONTOWN en 2002, voisin logique de son prédécesseur. Les sonorités éléctroniques sont présentes sur ces deux albums. Alice donna ensuite une magnifique tournée pour promouvoir l'album. Aujourd'hui, après la sortie de son album THE EYES OF ALICE COOPER, il enchaîne à nouveau sur une tournée mondiale.



Son dernier album est Dirty Diamond (2005), probablement l'album le plus diversifié de sa carrière. Vraisemblablement, Alice se fait plaisir en se permettant d'aborder ses anciens styles musicaux, des références à ses groupes d'inspirations et des expérimentations. Quelques titres, comme "Woman Of Mass Distraction" pourraient prolonger l'album précédent alors que le titre "Perfect" peut rappeler "Be My Lover" (1971). "Sunset Babies" est une référence très claire aux Rolling Stones. La sonorité de l'excellente pièce titre rappelle étrangement le groupe "Queens Of The Stone Age". Aussi, il est étrange d'entendre Alice chanter à la manière Johnny Cash sur "The Saga Of Jesse Jane". Question de diversifier le tout, Alice termine l'album avec une collaboration plutôt "rap-métal" avec Xzibit ("Stand").



School's out
Under my wheels
Love's a loaded gun
I'm eighteen
Might As Well Be On Mars

Kebra

Messages : 1384
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum